Selon votre âge, combien de fois devriez-vous faire l’amour ?


Quand il s’agit du désir sexuel, il n’y a pas de règle universelle qui s’applique à tout le monde. Chaque personne a une capacité physique et mentale différente et une vision de la relation qui lui est propre. D’ailleurs, l’amour doit se faire de manière spontanée et dans un but de plaisir partagé et non comme une obligation ou une tâche de plus à accomplir. L’essentiel est que le couple soit sur la même longueur d’onde et satisfait de sa vie sexuelle.


Pour revenir à la fréquence « idéale », nous avons maintes fois entendu que les couples les plus heureux étaient ceux qui avaient des rapports sexuels 3 fois par semaine au minimum, mais qu’en est-il réellement ?
parents-faire-l-amour-en-paix_imagepanoramique647_286
Une recherche sur le sujet menée par l’Institut Kinsey sur la fréquence des relations sexuelles en fonction de l’âge a montré ce qui suit :

  • Les personnes âgées entre 18 et 29 ans avaient en moyenne 112 rapports par an, ce qui revient à 9 à 10 rapports par mois,
  • Les personnes âgées  entre 30 et 39 ans s’adonnaient en moyenne à cette activité intime 86 fois par an, ce qui est l’équivalent de 7 à 8 fois par mois,
  • Les personnes âgées entre 40 et 49 ans font l’amour en moyenne 69 fois par an, ce qui équivaut à 5 à 6 fois par mois.

Les statistiques réalisées par ce même institut spécialisé dans la santé sexuelle concernant la fréquence des rapports sexuels chez les couples mariés ont montré que 13% d’entre eux n’avaient que quelques rapports par an, 45% plusieurs fois par mois, 34% 2 à 3 fois par semaine, et 7% seulement est le taux des couples coquins qui le font 4 fois et plus par semaine.
D’autres statistiques résultant d’un sondage réalisé auprès des couples mariés par « Your Tango », un célèbre site web américain, ont révélé que selon ces derniers, le nombre minimal des rapports sexuels est d’un rapport par mois, alors que la moyenne est d’une fois par semaine, et la fréquence idéale est de 3 à 5 fois par semaine.

L’avis des psychologues et des sexologues

Selon les différents psychologues et sexologues questionnés à ce sujet, tous – ou presque – ont été d’accord pour dire que la fréquence des rapports sexuels n’est pas le seul critère permettant de mesurer l’entente ou le bonheur du couple. En effet, un nombre de relations sexuelles élevé peut être dû à plusieurs raisons comme la peur d’être victime d’une infidélité de la part du partenaire, un manque d’amour à combler, ou un besoin de se prouver qu’on est performant au lit et capable de rendre notre partenaire heureux, etc.  De la même manière, des rapports sexuels peu nombreux ne sont pas toujours signe que la relation est froide. Certains couples ressentent une telle plénitude émotionnelle et sont tellement comblés que leurs sentiments prennent le dessus sur leur libido et ne ressentent plus ce besoin de se le prouver à chaque fois au lit.


En gros, l’essentiel c’est que le couple se sente bien et que chacun des deux partenaires soit à l’écoute des désirs et des détresses de l’autre. C’est pourquoi les spécialistes recommandent de laisser tomber les tabous et les barrières et de parler ouvertement de ce que les partenaires aiment ou n’aiment pas pendant l’acte sexuel, de leurs besoins et de leurs fantasmes. De plus, ils conseillent aux couples qui souffrent d’une grande disparité au niveau du désir – un partenaire qui  veut faire l’amour plus fréquemment que l’autre –, de procéder à un jeu de rôle qui consiste à prendre chacun, pendant une semaine, les rênes de la relation sur le plan sexuel, en l’initiant selon ses besoins et ses désirs. Ainsi, les deux partenaires se rapprocheront de leurs visions mutuelles de la chose, ce qui les aidera à trouver enfin un juste milieu qui saura les satisfaire et les combler.

Voir aussi:

Déclaré mort, un homme se réveille à la morgue juste avant son autopsie
Ces types de personnes qui ne doivent jamais consommer du gingembre
Volée de hôpital à sa naissance en 1998, elle est retrouvée 18 ans plus tard
Consommer régulièrement des fruits secs réduit de plus de 40% le risque de résurgence du cancer du côlon
Née normalement, cette petite fille de de 8 mois souffre d’obésité morbide elle pèse 17 kilos et mange autant qu’un enfant de 10 ans !

Commentaires

commentaires

Les commentaires sont désactivés.