Chaque jour depuis 20 ans, elle se rend à cette station de métro pour entendre la voix de son mari décédé

Au cœur d’une station de métro se cache une histoire d’amour touchante qui transcende même les frontières de la vie et de la mort. Margaret McCollum, épouse dévouée, continue de se rendre chaque jour à cette station, non pas pour prendre un train, mais pour entendre la voix de son défunt mari, Oswald Laurence. C’est une histoire d’amour qui défie le temps et l’espace.

Margaret McCollum se rend encore quotidiennement dans une station de métro pour entendre la voix de son défunt mari, Oswald Laurence. Crédit photo : Margaret McCollum

Oswald Laurence, acteur talentueux et diplômé de la Royal Academy of Dramatic Art, a joué un rôle important dans la vie d’innombrables usagers du métro. En 1950, il a enregistré un message vital qui a résonné dans les tunnels souterrains pendant des décennies : « Méfiez-vous du vide ». Cet avertissement rappelle aux passagers qu’ils doivent rester prudents et maintenir une distance de sécurité entre le train et le quai.

Pendant des années, la voix de M. Laurence a donné aux voyageurs un sentiment de plaisir et de sécurité. Cependant, sa voix a pris une signification profondément personnelle pour Mme McCollum McCollum. Après la mort de son mari en 2003, elle s’est attachée à la voix de son défunt mari.

Un pèlerinage d’amour quotidien

Après le départ de M. Laurence, la présence de son mari a commencé à manquer à Mme McCollum. Il lui manque profondément, elle a envie de le voir, d’entendre sa voix et d’être à nouveau avec lui. Ce désir l’a conduite à un humble banc dans la station de métro, où elle pouvait s’asseoir et écouter son mari bien-aimé en attendant l’arrivée du train. Jour après jour, c’est devenu son rituel, une expression poignante de l’amour qui a duré cinq ans.

Un changement déchirant

En 2007, Mme McCollum a subi un choc qui a bouleversé sa routine. La voix de M. Laurence, qui la reliait à ses souvenirs les plus chers, est remplacée par une voix électronique sans âme. La panique s’empare de son cœur lorsque la voix de son mari bien-aimé disparaît. Désespérée, Margaret a contacté Transport for London pour partager son histoire déchirante et demander une cassette qui lui permettrait d’entendre la voix de son mari chez elle.

Mme McCollum a été dévastée lorsqu’elle a appris que la voix de son mari avait été remplacée par une voix électronique. Crédit photo : Margaret McCollum

Se souvenant de ce moment, Mme McCollum a exprimé ses sentiments en disant : « Depuis sa mort, je m’asseyais et j’attendais le prochain train jusqu’à ce que j’entende sa voix. Le 1er novembre, il n’était plus là. J’ai été stupéfaite d’apprendre qu’Oswald avait disparu. Je me suis renseignée et on m’a dit qu’il y avait un nouveau système numérique et qu’ils ne pouvaient pas y intégrer sa voix.

Un geste émouvant d’amour et de souvenir

Touchée par la profondeur de l’amour de Mme McCollum pour son mari, la compagnie de métro a décidé de prendre une mesure réconfortante pour honorer leur amour. Elle s’est lancée dans une mission visant à récupérer l’enregistrement original de M. Laurence dans ses archives. Cette initiative visait non seulement à restaurer le rituel quotidien de Mme McCollum, mais aussi à rappeler à tous les passagers que l’amour véritable perdure.

La décision a été prise de rétablir la voix de M. Laurence à l’arrêt Embankment de la ligne Northern, à proximité du domicile de Mme McCollum. Ce choix réfléchi a permis à Mme McCollum d’entendre à nouveau la voix de son mari et de se souvenir des moments précieux qu’ils ont partagés.

La compagnie de métro, touchée par l’amour de Margaret McCollum, a décidé de faire revenir la voix d’Oswald Laurence pour honorer leur amour et leurs souvenirs. Crédit photo : Margaret McCollum

L’amour résonne dans la station

Ce beau geste a profondément touché Mme McCollum, qui a continué à se rendre à la gare tous les jours, trouvant réconfort et connexion grâce à la voix de son mari. L’annonce de M. Laurence, « Mind the gap », n’est pas seulement un avertissement de sécurité, mais aussi un rappel poignant à tous les passagers que le concept de « l’amour éternel » est bien vivant.

Au cœur d’une station de métro très fréquentée, au milieu de l’agitation et du chaos de la vie quotidienne, une histoire d’amour commence. Margaret McCollum et Oswald Laurence prouvent que l’amour ne connaît pas de limites et qu’un simple message dans le métro peut devenir un symbole durable de dévotion. La voix de M. Laurence, préservée à jamais, nous rappelle à tous que l’amour, en effet, transcende le temps et l’espace.

Source : BBC

Voir aussi:

Cette femme polyamoureuse de 20 ans est enceinte et ses quatre amants se partageront le rôle de père
Une mère de famille survit deux jours coincée dans sa voiture accidentée
Une gigantesque créature marine se s’est échouée sur les côtes australiennes
Il gagne à la loterie, il divorce avant de chercher ses gains !!
Ce grand-père ne refuse jamais à porter son petit-fils autiste, même s’il a désormais 17 ans