Et si le monde devenait végétarien?

AsapScience, la chaîne YouTube AsapScience qui tente de vulgariser la science grâce à des dessins enfantins, s’est posé la question de ce que deviendrait la Terre si tous ses habitants devenaient subitement végétariens.



Si le végétarisme et ses variantes connaissent ces dernières années de plus en plus d’adeptes, ils n’ont pas encore conquis le monde entier. Les habitants de tout pays – particulièrement ceux des pays développés – consomment donc énormément de viande, mettant de fait en place des cheptels de bêtes un peu partout sur Terre. Selon les calculs de AsapSCIENCE, 25 milliards de poulets, 1,5 milliard de vaches, et un milliard de moutons et de cochons fouleraient ainsi le sol terrien.
mapmonde
Cette prolifération d’animaux, qui n’ont d’autre destin que celui d’être mangé, entraîne diverses conséquences négatives pour notre planète. Sans eux, les terres qu’ils foulent – approximativement de la taille du continent africain – seraient utilisées pour planter des cultures de légumes, de fruits ou de céréales.

Par ailleurs, la vie végétale pourrait reprendre le dessus, ce qui permettrait de freiner les effets du réchauffement climatique. Les animaux sont en effet à l’origine de 15% des émissions de gaz à effet de serre. Le retour d’arbres ou de végétaux sur ces terrains permettrait d’absorber davantage de CO2. Autre avantage, l’absence de bêtes d’élevage réduirait énormément la consommation d’eau dans le monde entier. Actuellement, l’utilisation d’eau douce est consacrée à 70% pour l’agriculture. Cela concerne évidemment les cultures de végétaux mais surtout l’élevage.

Bref, si le monde devenait végétarien, la Terre pourrait-elle enfin souffler un peu? Oui, car si tel devait être le cas d’ici 2050, les émissions concernées diminueraient de 60% et les bienfaits sur la santé de la population seraient indéniables. Il ne s’agit peut-être pas là d’un scénario réaliste mais la projection s’avère pertinente, ne fût-ce que pour mesurer les effets… catastrophiques d’une telle utopie. Car cette révolution profiterait surtout à l’Occident et aux pays industrialisés.

En réalité, une transition aussi radicale aurait un impact particulièrement néfaste sur la pauvreté, sur la faim et sur l’identité culturelle dans les pays en voie de développement. Non seulement, des centaines de milliers d’agriculteurs se retrouveraient au chômage mais l’absence de bétail aggraverait également la situation de deux milliards de personnes sous-alimentées. Elle provoquerait aussi la disparition de millions de nomades, dépendants de ces troupeaux indipensables à leur mode de vie itinérant.

Source

Voir aussi:

Si vous remarquez ce label sur un fruit, ne l’acheter surtout pas !
Voici pourquoi vous ne devriez plus jeter les restes de citron
Ce chat roux est devenu la mascotte du campus de l’université de Augsburg, en Allemagne!
Selon Une étude, les chats s’attachent à nous comme si on était leurs parents
Le coeur brisé, elle enlève son tatouage fait pour son ex avec un scalpel et… lui envoie par la poste!