Pourquoi avons-nous encore des poils ?


Pourquoi notre corps est-il recouvert de poils ? Par rapport à bien des animaux, leur utilité n’est pas évidente. Alors ?


Au fond, la logique de l’évolution de l’espèce humaine aurait voulu que notre peau soit exempte de poils, dont l’intérêt « pratique » ne saute pas aux yeux. Des chercheurs de l’université de Sheffield ont voulu vérifier une hypothèse : et si, malgré tout, ils présentaient une certaine utilité contre les parasites, et plus précisément les ectoparasites, c’est-à-dire ceux qui vivent à la surface corporelle des êtres vivants ?

Des punaises de lit affamées

Pour en avoir le cœur net, ils ont recruté une trentaine de volontaires (des étudiants) pour les confronter à des… punaises de lit affamées. Un bras a été rasé, l’autre pas. Cinq punaises ont été placées sur chaque zone cutanée de test ; avec interdiction, pour les participants, de regarder leurs bras.

Résultat (publié dans la revue « Biology Letters ») : les punaises de lit sont mieux détectées par la « victime » lorsqu’elles se promènent sur le bras poilu (ça gratouille…) ; alors que la pilosité rallonge sensiblement le temps nécessaire pour que les bestioles choisissent le site de morsure.


Et donc, poursuivent les spécialistes, il est possible que la conservation d’un système pileux (même relativement modeste, sauf à certains endroits spécifiques) participe à une sorte de ligne de défense contre les ectoparasites.

Source

Voir aussi:

Quand un petit enfant curieux met la main sur la crème dépilatoire
Le «stealthing»: une nouvelle pratique sexuelle inquiétante et dangereuse
Ce chien fait 333 kilomètres pour retrouver ses anciens maîtres
«J’ai vécu dans ton ventre puis je suis mort»: un petit garçon de quatre ans semble se souvenir de la fausse couche de sa mère avant sa naissance
Condamné à 160 ans de prison pour avoir imité le jeu GTA dans la vraie vie