Une médecin de 29 ans interdite de pratiquer la médecine à cause de ses photos publiées sur les réseaux sociaux

Nang Mwe San, 29 ans, n’est plus autorisée à pratiquer la médecine, à cause de ses photos trop « hot ».

Médecin au Myanmar (ex-Birmanie) depuis ses 22 ans, Nang Mwe San a récemment été interdite de pratiquer son métier.

La raison ? Des photos jugées trop sexy, postées sur les réseaux sociaux depuis plusieurs mois. En janvier, la jeune femme avait dû comparaître devant le Conseil des médecins du Myanmar, car ses photos allaient à l’encontre de la « tradition birmane ».

Nang Mwe San avait refusé de se plier à ces ordres et de signer un accord la contraignant à ne plus poster ce type de photos, sous peine de voir son permis supprimé. Et c’est ce qui a fini par arriver, le 3 juin dernier. « Ici, il y a tellement de sexisme…, déplorait-elle au New York Times. Ils ne veulent pas que les femmes occupent des postes plus élevés. Et ils jugent les femmes sur les vêtements qu’elles portent. Ils ne veulent même pas que nous portions un pantalon. »

« Choquée » et « triste » de cette décision, la jeune femme regrette que tous ses efforts pour devenir aient été réduits à néant, alors qu’elle faisait son travail consciencieusement : « Est-ce que je me suis habillé dans des tenues sexy quand je rencontrais mes patients ? Jamais », a ajouté Nang Mwe San auprès de l’agence Reuters.

Dans un post Facebook, elle a clamé sa volonté de faire appel de la décision : « La société ne possède pas le corps des femmes, écrit-elle. Mon corps, mon choix. Merci à tous les fans de mon pays, de Birmanie et du monde entier, qui me soutiennent et m’encouragent. Je vous aime tous. »

Source: Daily Mail

Voir aussi:

Il a perdu 35 kilos en 4 étapes, voici son histoire
La NASA promet 30 000 dollars à toute personne pouvant l’aider à résoudre le problème du « caca dans l’Espace »!
Astuces naturelles pour des lèvres douces et lisses
Une femme brise une vitre pour la sauver une fillette de 2 ans laissée en plein soleil
Le violeur veut brûler sa victime vive, elle le tue en l’entraînant dans les flammes