Un homme arrêté alors qu’il tentait de traverser l’Atlantique dans une roue de hamster a déjà tenté de traverser l’océan en courant à plusieurs reprises.

Un homme de Floride arrêté pour avoir tenté de traverser l’océan Atlantique dans une boule de hamster de taille humaine avait déjà tenté l’expérience à plusieurs reprises.

Reza Ray Baluchi, athlète et militant iranien vivant aux États-Unis, a été arrêté le 1er septembre 2023 après avoir été repéré par les garde-côtes américains à 70 milles nautiques au large de l’île de Tybee, en Géorgie.

Baluchi a été vu dans une roue de hamster de taille humaine et motorisée, apparemment en route pour Londres.

Ce n’est toutefois pas la première fois que l’activiste est intercepté lors de son voyage à travers les mers, Baluchi ayant déjà tenté à plusieurs reprises de traverser l’Atlantique dans sa « bulle ».

Lors de sa dernière tentative, Baluchi et la police auraient eu un face-à-face de trois jours avant son retour à terre et son arrestation le 1er septembre.

Au cours de ce face-à-face, Baluchi aurait menacé de se blesser avec un couteau si les autorités tentaient de l’arrêter. Il aurait également affirmé qu’il avait une bombe à bord de son ballon, ce qui s’est avéré faux par la suite.

Mais que s’est-il passé lors des autres tentatives de Baluchi ?

Avant l’échec de son expédition la semaine dernière, Baluchi avait tenté d’atteindre New York à bord de son ballon à propulsion humaine en 2021.

Parti de St Augustine, en Floride, il espérait s’embarquer pour un voyage de trois à quatre semaines jusqu’à la ville américaine.

Malheureusement, le voyage a été interrompu lorsque Baluchi s’est rendu compte que son GPS et ses câbles de recharge manquaient dans son ballon fait maison – appelé « hydro pod » – et il a donc abandonné son expédition et est descendu à terre dans le comté de Flagler, en Floride.

Baluchi a pris la mer depuis Pompano Beach, en Floride, en avril 2016, après s’être vu refuser l’autorisation des garde-côtes pour une autre expédition en solitaire en 2015 et avoir été menacé d’emprisonnement et d’une lourde amende.

Il espérait passer par Jacksonville, les Bermudes, Haïti, Cuba, Porto Rico et Key West. Pour cette expédition, il a voyagé dans un nouveau « hydro pod » – qui a coûté 22 000 dollars (17 500 livres sterling) – après que sa première création a été laissée à la dérive en mer et endommagée de manière irrémédiable lors de son premier exploit.

Hélas, deux jours après le début de son périple de cinq mois, il a été ramené à terre par les garde-côtes au large de Jupiter, en Floride.

Cela n’a pas empêché Baluchi de faire une troisième tentative la même année, mais il a de nouveau été escorté jusqu’à la côte par les garde-côtes.

Comme lors de sa dernière tentative, Baluchi aurait menacé de se faire du mal si les autorités intervenaient dans son périple.

Une fois revenu sur la terre ferme, l’activiste a été envoyé dans un hôpital psychiatrique pour y être évalué.

Baluchi a pris la mer pour la première fois dans son « hydro pod » – la première version a coûté à l’activiste 4 500 dollars (3 500 livres sterling) à fabriquer à la main – en 2013, espérant voyager de Pompano Beach aux Bermudes, à Porto Rico et ensuite revenir à Miami.

Cependant, ses plans ont été rapidement contrecarrés lorsque les garde-côtes l’ont repéré à 70 miles au large de St Augustine et l’ont ramené sur la terre ferme, jugeant l’expédition bien trop risquée pour l’activiste.

La mission de sauvetage pour le récupérer – un membre de l’équipage des garde-côtes ayant signalé que Baluchi avait déclenché l’une de ses balises de détresse – a coûté environ 140 000 dollars (111 000 livres sterling) et a impliqué non seulement un navire de sauvetage, mais aussi un hélicoptère et un avion.

À la suite de cette dernière tentative, Baluchi est désormais accusé d’obstruction à l’embarquement et de violation d’un ordre du capitaine du port.

Si vous vous demandez quel est l’intérêt de toutes ces tentatives ?

Eh bien, son site web « Run with Reza » (Courir avec Reza) indique ce qui suit : « Reza Baluchi rêve de courir à travers les 194 pays reconnus dans le monde pour nous inspirer et nous unir en tant que peuple.

« Son rêve est de partager la vie des gens à travers le monde en toute transparence. Il retransmettra l’expérience avec une caméra en direct et créera un film. Les histoires de l’esprit humain et de la culture seront racontées à travers les yeux de nos enfants en tant qu’étudiants ».

Dans une interview exclusive avec FOX 35, Baluchi a également expliqué : « Mon objectif n’est pas seulement de collecter de l’argent pour les sans-abri, mais aussi pour les garde-côtes, la police et les pompiers. Ils sont au service du public, ils le font pour la sécurité et ils aident les autres ».

L’activiste s’est résolu : « Je ne renoncerai jamais à mon rêve. Ils m’arrêtent quatre ou cinq fois, mais je n’abandonne jamais ».

Source : ladbible.com

Voir aussi:

Elle voit son visage changer après une allergie à un produit de coloration de cheveux
Ce restaurant new-yorkais vous propose de manger… nu !
Coincée dans une taque d’égout en voulant récupérer son iPhone
Àgée 99 ans, Marguerite devient arrière-grand-mère pour la centième fois
Deux couples mariés vivent et élèvent leur famille ensemble et échangent même leurs partenaires !