Karissa âgée 27 ans, l’augmentation mammaire lui a gâché la vie: «J’avais l’impression de vivre dans le corps d’une vieille femme de 90 ans»

Karissa Pukas, une jeune canadienne de 27 ans a partagé dans une vidéo YouTube que l’opération qu’elle avait subie en 2014 lui avait causé de nombreux problèmes de santé.


La mannequin et YouTubeuse a affirmé que son augmentation mammaire avait ruiné sa vie. En effet, la jeune femme souffrirait d’acné, d’une perte de cheveux inquiétante et d’un épuisement musculaire sévère : « J’ai eu des douleurs à la hanche, des maux de dos, des problèmes digestifs. J’avais l’impression de vivre dans le corps d’une vieille femme de 90 ans ». La YouTubeuse suivait pourtant un mode de vie extrêmement sain et faisait régulièrement de l’exercice.

« J’ai aussi commencé à avoir de très mauvaises sueurs nocturnes, à un tel point quel je trempais le lit. J’ai aussi commencé à développer une odeur corporelle vraiment désagréable et je ne parle pas de transpiration, je parle d’une odeur métallique, acide, et je ne pouvais pas comprendre pourquoi », a-t-elle déclaré.

Ce n’est qu’en avril 2017, après avoir parlé de ses problèmes intestinaux sur sa chaîne YouTube, que Karissa Pukas a appris que son corps rejetait peut-être ses implants. Plusieurs de ses abonnés lui avaient en effet demandé si elle avait envisagé une maladie due à ses implants mammaires.


La jeune femme a depuis décidé de retirer ses implants et de raconter son histoire sur YouTube : « Je n’aurais jamais cru que je les enlèverais. J’espère qu’en partageant mon histoire, cela vous permettra de réfléchir aux implications de ce que vous faites parce que quand j’avais 22 ans, je ne m’attendais pas à ça ».

Voir aussi:

Les Portoricains réinventent la veillée funéraire
Ces types de personnes qui ne doivent jamais consommer du gingembre
Un utilisateur de Reddit a reçu un e-mail surprenant de son père mort il y a deux ans
Un nouveau-né est retrouvé abandonné dans un sac de plastique accroché à une clôture
Une application web qui permet d’allonger l’espérance de vie des malades du cancer avancé