Il a violé et tué Nadège, 17 ans, en 1994 : une simple gifle a permis de l’identifier 27 ans après

Le corps sans vie de Nadège Desnoix, 17 ans, avait été découvert le 24 mai 1994 sur le chemin de l’école à Château-Thierry, dans l’Aisne.

Pendant 27 ans, ce meurtre est resté non élucidé. Un ADN inconnu avait été extrait en 2011 sur un élément de la scène de crime : l’élastique à cheveux de la victime.

PASCAL LAFOLIE

Un homme de 55 ans, un certain Pascal Lafolie, a été interpellé récemment pour avoir giflé sa compagne dans sa voiture à la suite d’une dispute pour de la fumée de cigarette.

Selon sa femme, c’était la première fois qu’il se montrait violent. Même si elle n’a pas souhaité porter plainte, l’ADN du suspect a été prélevé lors de sa garde à vue.

Et son profil génétique a matché avec l’ADN prélevé sur les lieux du crime. Placé en garde à vue, Pascal Lafolie aurait avoué avoir violé et poignardé à mort Nadège Desnoix.

Le quinquagénaire a expliqué avoir agi par pulsion. Il a imposé à la jeune fille une fellation. En lui maintenant la tête, Pascal Desnoix a déposé son ADN sur l’élastique qui attachait les cheveux de la jeune fille. C’est ensuite qu’il lui a porté des coups de couteau en pleine poitrine.

Ce père de famille résidait à Bar-le-Duc, dans la Meuse. Il avait une compagne depuis plusieurs années et au moins un enfant de moins de 10 ans.

Il avait été condamné en 1997 pour agression sexuelle sur mineure puis en 2002 pour viol. Il était sorti de prison en 2007. Le frère du meurtrier présumé, aujourd’hui décédé, avait lui aussi fait de la prison pour le même genre d’affaires.

Source : leparisien.fr

Voir aussi:

Quand un petit enfant curieux met la main sur la crème dépilatoire
Vous devez connaitre ces 12 choses qui apparaissent dans votre rêve ont une signification et un impact dans votre vie!
Une maman gorille émeut le monde en présentant son bébé et en le tenant avec amour dans ses bras
Cette femme polyamoureuse de 20 ans est enceinte et ses quatre amants se partageront le rôle de père
Condamné pour avoir collé le sexe de sa femme parce qu’il se sentait « trahi »